Comment utiliser le SEO multilingue pour générer davantage de trafic organique ?

9 novembre 2021 - 13  min de lecture - par Atul Jindal
Accueil > SEO Technique > Utiliser le SEO multilingue pour générer du trafic

Seuls 25,9 % des internautes utilisent la langue anglaise, ce qui signifie que plus de 70 % des utilisateurs surfent sur Internet dans d’autres langues. Si votre site Web ne propose du contenu qu’en anglais, il risque de ne pas recevoir et d’attirer une grande partie du trafic organique mondial.

Alors, comment optimiser votre site Web pour qu’il puisse être classé dans les recherches effectuées dans différentes langues et obtenir un trafic organique accru ? La réponse est simple : Le SEO multilingue.

Qu’est-ce que le SEO multilingue ? Devriez-vous l’adopter ? Si oui, comment ? Dans cet article, vous trouverez des réponses à ces questions et à bien d’autres, car nous allons explorer le quoi, le pourquoi et le comment du SEO multilingue.

Alors, plongeons dans le vif du sujet !

Qu’est-ce que le SEO multilingue, et comment augmente-t-il le trafic organique ?

Le SEO multilingue est un sous-type du SEO ordinaire que nous connaissons tous. Cette pratique consiste à traduire votre site Web dans la langue que vous souhaitez cibler et à l’optimiser pour le référencement dans cette langue.

Les moteurs de recherche aiment que leurs utilisateurs soient satisfaits. Par conséquent, ils vont jusqu’au bout pour s’assurer que les résultats de recherche répondent à la requête des utilisateurs.

Ainsi, si une personne cherche quelque chose en portugais, Google produira des résultats basés sur les sites Web qui offrent un contenu pertinent en portugais.

Maintenant, comment cela peut-il apporter du trafic organique ? Répondons à cette question par un exemple.

Supposons que vous dirigiez une entreprise dont le public cible se trouve aux États-Unis et en Allemagne. Votre site Web est construit en anglais, sans SEO multilingue, et est classé pour des mots-clés anglais uniquement. Tout semble bien fonctionner.

Mais que se passe-t-il lorsqu’un de vos clients allemands effectue une recherche dans sa langue maternelle ?

Comme votre site Web n’est pas optimisé pour les recherches multilingues, Google ne fera pas correspondre la requête avec le contenu de votre page. Votre site ne sera donc pas classé pour cette recherche multilingue. Par conséquent, les personnes effectuant des recherches multilingues seront dirigées ailleurs, et cela aurait pu être votre trafic web, détourné vers un site web qui parle dans leur langue préférée.

Ainsi, en optimisant votre site Web pour les recherches multilingues, vous ouvrez les portes à un trafic mondial sur votre site. C’est ainsi que le SEO multilingue sert à augmenter le trafic web organique.

Qu’est-ce que le SEO multirégional ?

Le SEO multirégional est une pratique similaire au référencement multilingue, mais au lieu d’optimiser un site Web pour qu’il soit classé dans différentes langues, il optimise une page Web pour qu’elle soit classée pour des recherches effectuées à partir d’un emplacement géographique spécifique.

Par exemple, si votre entreprise s’étend des États-Unis à l’Allemagne et au Portugal. Vous pouvez alors optimiser votre site Web pour qu’il soit classé dans ses variantes spécifiques à un lieu pour les recherches internationales. Ainsi, une personne recherchant votre marque depuis le Portugal verra la version portugaise de votre site Web, tandis qu’une personne effectuant une recherche depuis l’Allemagne verra la version allemande.

Prenez Nike, par exemple. Il s’agit d’une grande marque internationale qui compte des clients dans le monde entier. Pour s’assurer que chacun de ses clients voit des informations adaptées à son lieu de résidence, telles que la description du produit, le prix dans sa devise maternelle, la disponibilité du produit, etc. Nike dispose de plusieurs versions de son site Web.


Les sites Web de Nike sont optimisés pour les recherches multirégionales et multilingues. Pouvez-vous imaginer le reach ?

Devriez-vous faire du SEO multilingue pour votre site web ?

Le SEO multilingue n’est pas aussi simple que de traduire le contenu de votre site Web à l’aide de services de traduction en ligne tels que Google Translate et de coller les versions traduites du texte sur vos nouvelles pages Web. Désolé de faire éclater votre bulle, mais l’optimisation de votre site Web pour les recherches multilingues est beaucoup plus compliquée, comme nous allons le voir en détail.

La question est donc de savoir si vous devez vous lancer dans l’aventure.

Examinons une étude de cas pour voir si le SEO multilingue est une bonne chose.

Le fournisseur de produits pour animaux de compagnie Hill’s Pet a optimisé son site Web en 15 langues différentes afin d’étendre sa portée à l’échelle mondiale. L’entreprise a publié un contenu sur mesure et mené une campagne de SEO multilingue appropriée. Leur trafic organique en provenance de France a augmenté de 529 % et celui des Pays-Bas de 340 %. Cet effort a entraîné une augmentation de 208 % du trafic organique en provenance de Pologne, de 149 % du trafic en provenance d’Allemagne et de 107 % du trafic en provenance d’Italie.

Avant de vous laisser emporter par l’étude de cas de Hill’s Pet, sachez que le SEO multilingue est parfois complexe et coûteux. Et votre stratégie commerciale doit être clairement définie, car si cela a fonctionné pour eux, cela ne signifie pas que cela fonctionnera pour vous.

Prenez donc un peu de recul avant de plonger le nez dans l’optimisation de votre site web pour les recherches multilingues.

Il est important de savoir si votre site Web reçoit un certain type de trafic en provenance de différentes régions géographiques. Si ce n’est pas le cas, le SEO multilingue ne vous sera d’aucune utilité.

Vous devriez envisager un budget supplémentaire pour le SEO multilingue, qui peut nécessiter une analyse supplémentaire des mots-clés et des traductions par des traducteurs natifs, à moins que vous ne maîtrisiez parfaitement cette langue.

[Étude de cas] Augmenter son trafic et ses conversions grâce à une stratégie SEO orientée business

Grâce à une stratégie SEO gagnante axée sur la gestion du contenu dupliqué, l'amélioration de la structure du site et l'analyse du comportement de Googlebot, carwow a amélioré ses performances commerciales. Découvrez comment montrer les résultats réels d'une stratégie SEO basée sur le ROI de l'entreprise.

Comment faire du SEO multilingue pour augmenter le trafic organique ?

Comme nous l’avons déjà mentionné à plusieurs reprises, le SEO multilingue n’est pas aussi facile qu’il n’y paraît, mais il peut apporter une augmentation potentielle du trafic sur votre site. Il y a beaucoup de choses que vous devez savoir avant de pouvoir commencer à comprendre sa technicité.

Examinons les aspects techniques et les informations dont vous avez besoin pour commencer votre voyage de SEO multilingue.

1. Commencez par un plan

« Planifier pour échouer, c’est échouer à planifier », disait Benjamin Franklin. Cet adage s’applique également au SEO multilingue.

Si vous décidez d’optimiser votre site Web pour différentes langues, vous devez commencer par un plan.
La traduction et l’optimisation d’un site Web pour plusieurs langues sont complexes, prennent du temps et sont coûteuses. Vous devez donc traduire votre site Web uniquement dans les langues qui sont prometteuses en termes de trafic.

Par exemple, si les hispanophones constituent la majorité de votre trafic web, traduire en français sera un gaspillage d’investissement.

Il faut donc savoir bien à l’avance quelles sont les langues à optimiser.

Vous ne pouvez pas simplement supposer la langue de votre public. Par exemple, si vous recevez un bon trafic en provenance des États-Unis, vous ne pouvez pas supposer que les gens ne parlent que l’anglais, il se peut qu’un grand nombre de personnes vivant aux États-Unis parlent aussi bien l’espagnol que l’anglais.

Déterminez exactement la langue utilisée par les internautes qui font des recherches sur votre site. Un bon moyen d’y parvenir est de se plonger dans les analyses de votre site Web et de voir quelles sont les recherches en langue ou les mots-clés qui génèrent le plus de trafic. Vous pouvez également observer vos concurrents et voir quelles langues ils ont ciblées.

Une fois que vous avez décidé de la langue, il est temps de passer à autre chose.

2. Analyse des mots-clés

Vous devez effectuer un processus indépendant de recherche de mots-clés pour chaque langue dans laquelle vous traduisez votre site Web. Pourquoi ? Parce qu’un mot-clé qui semble prometteur dans une langue peut ne pas être aussi viable lorsqu’il est traduit dans une autre.

À titre d’exemple, considérez la capture d’écran ci-dessous.

Source – outil de recherche de mots clés Semrush

Nous avons recherché les mots clés « Pool Services » aux États-Unis, qui ont un volume de recherche important. Mais lorsque les mêmes mots sont traduits en espagnol, le volume de recherche diminue considérablement.

Cela ne signifie pas que les gens ne font pas de recherches en espagnol, ils utilisent forcément l’espagnol car c’est la deuxième langue la plus utilisée aux États-Unis. Cela signifie que les gens utilisent des mots-clés autres qu’une traduction directe de « Pool Services ». Par exemple, « servicio de limpieza y mantenimiento de piscinas », qui est traduit par « services de nettoyage et d’entretien de piscines », donne des résultats relativement meilleurs que la traduction directe de « Pool Services ».

Il est donc très important de trouver des idées de mots-clés dans la langue cible et d’utiliser des outils d’analyse de mots clés pour connaître le volume de recherche et la concurrence de chaque mot clé. Utilisez ensuite les mots clés ayant un volume de recherche élevé et une faible concurrence lors de la traduction de votre contenu.

3. Traduire le contenu

Nous avons stratégiquement placé l’analyse des mots-clés avant la traduction car nous pensons que traduire le contenu avec des mots-clés en main est une meilleure approche.

Utilisez un traducteur humain pour traduire le contenu de votre site Web. Les traducteurs robots ont peut-être beaucoup évolué. Cependant, ils ne peuvent toujours pas égaler la capacité humaine à adapter le contenu traduit en fonction de la culture et des sentiments associés à une langue.


Source : Babble.com

Vous voyez ce que nous voulons dire ?

La qualité du contenu est liée à l’expérience de l’utilisateur, qui est désormais un facteur de classement essentiel. Vous devez donc vous assurer que votre contenu traduit se lit facilement et qu’il est pertinent pour les utilisateurs afin de maintenir leur intérêt.

Par exemple, vos utilisateurs hispanophones pourraient ne pas comprendre l’exemple que vous avez utilisé dans votre contenu anglais pour intéresser vos utilisateurs anglophones. Par conséquent, il est préférable d’engager des traducteurs natifs pour traduire le contenu. Ou demander à des locuteurs natifs de relire le contenu traduit automatiquement.

En outre, Google lui-même recommande de ne pas utiliser de traducteurs automatiques.


Source : Google

4. Structure de l’URL

Une fois que vous avez couvert la partie contenu, il est temps de devenir un peu plus technique. Examinons l’aspect technique de la structure du site Web à travers les URL.

Le choix de la bonne structure URL est l’aspect le plus important de votre stratégie de référencement. Vous devez vous assurer que chaque version de votre site Web a sa propre URL. Google lui-même recommande d’utiliser des URL différentes pour chaque page linguistique de votre site Web.

En matière d’URL, vous avez cinq possibilités. Nous allons les explorer toutes et terminer par ce que les experts recommandent et déconseillent d’utiliser.

ccTLD
Le ccTLD ou country-code top-level domain est une structure URL qui se termine par un ccTLD spécifique à un pays, par exemple .fr pour la France, .ca pour le Canada ou .de pour l’Allemagne, etc. Avec un ccTLD, votre site web peut ressembler à ceci :
examplesite.ca
examplesite.fr
examplesite.co.uk
examplesite.de

L’utilisation de cette structure URL présente des avantages et des inconvénients.

Les résultats des moteurs de recherche pour les recherches multirégionales sont plus précis avec cette structure URL car Google considère ces URL comme des sites Web indépendants. Si votre marque est associée à un .com ou à un autre TLD connexe en tant qu’adresse de site Web principale, vous risquez de diluer l’autorité du domaine en ayant plusieurs TLD spécifiques à un pays ou simplement l’autorité de votre site à partir de votre domaine principal peut ne pas s’étendre au nouveau site Web.

gTLD avec sous-domaine
Un TLD générique ou gTLD avec un sous-domaine peut ressembler à quelque chose comme :
fr.examplesite.com
de.examplesite.com
en-gb.examplesite.com

Un gTLD avec un sous-domaine est également considéré comme une URL indépendante et ne peut donc pas s’accrocher à l’autorité du domaine principal. En outre, il est moins convivial et n’est donc pas souvent recommandé.

gTLD avec sous-répertoire
Un TLD générique avec des sous-répertoires inclus dans le même domaine principal est l’option la plus recommandée pour les structures URL lors du SEO multilingue. Avec cette URL, toutes les pages linguistiques relèvent d’un seul domaine et peuvent emprunter l’autorité du domaine principal.

Cela ressemble à quelque chose comme ceci :
examplesite.com/fr-ca
exemplesite.com/en-ca
exemplesite.com/es-es

Les experts recommandent d’utiliser cette structure URL, avec la langue suivie de la région (fr-ca) pour vos efforts de SEO multirégional et multilingue.

gTLD avec paramètres
Dans une structure URL avec gTLD et paramètres, le domaine est souvent suivi d’un paramètre qui ressemble à ceci : ?lang=ca

Cette structure URL est la moins conviviale et n’est donc recommandée par aucun expert en SEO.

5. Balise Hreflang

La balise Hreflang est un attribut HTML qui peut vous aider à éviter d’être pénalisé lorsque vous faites du SEO multilingue. Elle est donc importante.

Lorsque vous traduisez votre contenu Web, Google peut considérer deux versions comme des doublons et pénaliser le domaine. Hreflang indique au moteur de recherche que ces pages ne sont pas des doublons mais des variantes l’une de l’autre.

En outre, Hreflang aide les robots d’exploration des moteurs de recherche à identifier la version de votre site Web à classer pour une recherche donnée.

La balise Hreflang est insérée dans le code de votre site Web. Vous avez généralement trois possibilités lorsqu’il s’agit d’insérer l’attribut sur votre site Web :

Insérez la balise Hreflang dans le de votre HTML

Insérez la balise Hreflang dans l’en-tête HTTP si vous avez un site Web non HTML, comme un PDF, etc.

Insérez la balise Hreflang dans le Sitemap XML.

Lorsque vous insérez des balises Hreflang, il est également important d’insérer la balise Hreflang x-default. Cette balise aide les moteurs de recherche à identifier la page à afficher dans le cas où la recherche ne correspond à aucune des versions du site Web.

6. Marketing de contenu multilingue

Vous avez traduit votre site Web et l’avez optimisé. Vous devez maintenant penser que votre site devrait être inondé de trafic, n’est-ce pas ? Malheureusement, ce n’est pas ainsi que cela fonctionne. Vous devez mener une campagne de marketing de contenu indépendante, tout comme vous le feriez pour votre site Web ordinaire, pour voir apparaître du trafic.

Vous devez mener une campagne de création de liens afin d’acquérir des liens depuis des sites Web à forte autorité vers des pages de destination spécifiques à la langue de votre site Web. Mais veillez à créer des liens vers les sites Web dont le contenu est dans la même langue que celle que vous ciblez. Par exemple, votre site allemand devrait avoir des liens d’un autre site allemand de haute autorité. Cela apportera du trafic régional et améliorera l’autorité de la page ainsi que la force du domaine.

En outre, il est recommandé de maintenir le contenu à jour sur les pages multilingues afin de s’assurer qu’elles ne perdent pas leur autorité aux yeux des moteurs de recherche.

Conclusion

Le SEO multilingue peut être une porte d’entrée du trafic international sur votre site web. De nombreux sites Web ont vu leur trafic augmenter de façon spectaculaire en optimisant leur site pour qu’il soit classé dans les recherches multilingues.

Mais le succès des autres ne doit pas être votre raison d’investir dans cette solution. Cela pourrait être coûteux et prendre beaucoup de temps si cela ne correspond pas à vos objectifs commerciaux. En outre, un site web multilingue est difficile à entretenir. Par conséquent, ne vous y engagez que si vous voyez votre entreprise tirer des avantages tangibles de la prise en charge des utilisateurs multilingues.

La réalisation d’une analyse indépendante des mots-clés et le choix judicieux de la langue cible sont des étapes essentielles pour commencer.

Atul Jindal est un spécialiste du marketing digital et de la conception de sites Web. Il s'intéresse à la conception de sites Web et au marketing en mettant l'accent sur l'optimisation de la conversion. Il élabore des messages marketing qui suscitent des conversations et transforment les visiteurs du site en clients ou en prospects.
Sujets en lien :