Le nombre de mots est-il toujours un facteur de classement en 2021 ?

20 octobre 2020 - 9  min de lecture - par Rebecca Berbel
Accueil > SEO Technique > L'impact du nombre de mots sur votre SEO en 2021

Le nombre de mots était un facteur de classement en 2005. Les représentants de Google ne cessent de nous dire que le fait d’affiner le nombre de mots d’une page ne va pas lui faire gagner en importance.

Mais ils conseillent toujours de créer un « contenu riche et approfondi ». Les notes de contenu fournissent toujours un nombre minimum de mots que les créateurs de contenu doivent respecter. Yoast vous appelle encore si votre message n’est pas assez long. Et les outils de référencement rendent tous compte du nombre de mots.

Pourquoi ?

La communauté SEO est-elle en train de se battre avec le vent (encore) ? Ou le nombre de mots est-il encore un facteur de classement en 2020 ?

Je suggère que nous examinions comment les algorithmes de machine learning traitent les mesures individuelles afin de trouver une explication à ce qui se passe.

La preuve : de fortes corrélations entre le nombre de mots et le classement

Soyons clairs une fois pour toutes : sur presque tous les sites, il existe des preuves solides et concluantes d’une corrélation entre le nombre de mots et le classement.

Dans la plupart des cas (mais pas tous), plus une page contient de mots, plus elle est bien classée dans Google.

Quels sont les facteurs de classement ?

Les facteurs de classement sont les paramètres d’une page qui sont pris en considération par l’algorithme de classement de Google pour décider si votre page doit être classée dans les résultats, devant ou derrière vos concurrents.

Dans les premiers temps, il était assez facile de les indiquer. Le fait d’avoir un mot-clé dans la balise title> de la page, par exemple, était certainement un facteur de classement. Si vous le faisiez, votre page gagnait des points invisibles, si vous ne le faisiez pas, vous perdiez des points. Lorsque votre page avait plus de points que la page de votre concurrent pour le même mot-clé, la vôtre était en tête des recherches pour ce mot-clé.

Les facteurs de classement à l’ère du machine learning et de la boîte noire SEO

Les algorithmes de machine learning examinent les pages que les utilisateurs aiment. Sur la base de cet examen, ils « apprennent » à prédire correctement les pages indexées que les utilisateurs aimeront également. Mais derrière un algorithme de machine learning, il n’y a pas de liste de caractéristiques préprogrammées qui sont notées et prises en compte.

Avant

  • Les utilisateurs aiment-ils plus de mots ?
  • Les utilisateurs aiment-ils les 404 ?
  • Les utilisateurs aiment-ils les pages rapides ?

Après

  • Les utilisateurs aimeront-ils cette page ?

Le résultat est un algorithme complexe qui est, essentiellement, une boîte noire : nous ne savons pas quelles caractéristiques d’une page font une différence significative pour l’algorithme. Dans de nombreux cas, nous ne pouvons même pas obtenir une liste de toutes les caractéristiques qui sont prises en compte. La plupart du temps, nous ne pouvons qu’observer des corrélations.

Exemple de corrélation entre le classement d’une page sur les SERP et la fréquence des visites du Googlebot. Source : OnCrawl

La préférence de Google pour la communication autour de normes qualitatives telles que « E-A-T » et « rich content » est un bon indicateur que les algorithmes de classement ne sont plus basés sur un nombre dénombrable d’éléments explicites et bien définis.

Source: Google Webmaster Central Blog – What webmasters should know about Google’s core updates

Une autre conséquence de ce type d’algorithme est que même lorsque nous savons que quelque chose est un facteur de classement, il est presque impossible de dire quelle est sont influence sur une page donnée.

De bons exemples de facteurs de classement connus avec des impacts inconnus sont les facteurs UX comme la vitesse de la page et les nouvelles mesures de Core Web Vitals à venir en 2021. Google confirme qu’il s’agit bien de facteurs de classement. Mais une page rapide ne va pas nécessairement vous permettre de devancer des concurrents relativement lents.

En effet, dans les algorithmes de machine learning, c’est la combinaison de différents facteurs qui peut donner à une page un coup de pouce ou un handicap. Chaque facteur de classement n’a pas d’influence spécifique en soi, mais seulement en conjonction avec tous les autres éléments d’une page.

Source: Vincent Terrasi – « Explainable Machine Learning for Ranking Factors » (Brighton SEO 2020)

Si vous souhaitez approfondir cette question, vous n’êtes pas le seul. Le caractère inexplicable des algorithmes fait partie des enjeux de demain. Vincent Terrasi, Product Director chez OnCrawl, a parlé à Brighton de l’utilisation de certaines de ces méthodes pour déterminer les facteurs de classement qui influencent le plus les URLs individuelles (Malheureusement, et c’est prévisible , ce genre de choses coûte excessivement cher en termes de calcul pour le moment).

Les arguments en faveur du comptage des mots

À titre d’exemple, regardons une paire de pages imaginaires de Susie A. Auteur, experte reconnue dans son domaine. Les deux pages traitent du même sujet complexe :

  • La page A compte 200 mots. Disons qu’il s’agit du résumé pour le grand public d’une étude approfondie réalisée par Susie.
  • La page B compte 5000 mots. Elle contient l’étude complète et les conclusions.

Il n’est pas surprenant que la page de 5000 mots soit mieux classée. Il est plus probable qu’elle obtienne davantage de backlinks de la part d’experts du même domaine. Elle pourrait ressembler davantage à un contenu de haut niveau que Susie a déjà publié. En bref, elle est mieux classée parce qu’elle est écrite par Susie, parce que c’est un sujet technique et parce qu’il s’agit d’un contenu long.

Mais cela ne veut pas dire que tout le contenu long est mieux classé. Imaginez maintenant les pages C et D, qui présentent toutes deux le même produit à vendre :

  • La page C compte 200 mots mais contient une description succincte et précise du produit.
  • La page D compte 1 500 mots. Elle est remplie de mots-clés pour tout ce qui est vaguement lié au produit.

Ici, on s’attendrait à ce que la page C soit mieux classé parce que personne ne lit de longues descriptions de produits et le bourrage de mots-clés pénalisera la page D.

Mais tant dans l’étude de Susie que dans les pages de produits, le nombre de mots joue un rôle dans l’évaluation finale, non pas parce que la page comporte un nombre spécifique de mots, mais parce que le nombre de mots est intrinsèquement lié au style, au sujet, à l’auteur, à l’intention et au contenu.

Comment trouver le bon nombre de mots pour votre page ?

Si vous voulez profiter du comptage des mots comme d’un « facteur de classement », vous pouvez mais vous devrez déterminer le nombre de mots qui permettra d’améliorer chaque type de page sur un site de la même taille et du même secteur que le vôtre.

La bonne nouvelle est que vous pouvez utiliser les performances de votre propre site pour trouver le nombre de mots qui convient le mieux à vos pages.

Vous pouvez le faire de plusieurs façons, mais voici une façon simple et rapide de le faire dans OnCrawl.

Divisez vos URLs en groupes par type de page

Chaque type de page a un but différent et des caractéristiques différentes. Vous savez mieux que quiconque quels types de pages existent sur votre site. Le nôtre, par exemple, a des pages de produits en mode SaaS, des pages de renvoi de campagnes de marketing éphémères, des articles de blog, la pagination de blog…

Nous ne voulons absolument pas appliquer les mêmes normes aux articles de blog qu’aux pages de fonctionnalités du SaaS, nous veillerons donc à ce que ces pages soient classées dans des groupes distincts.

Changement des segmentions dans OnCrawl

Pour ce faire, vous pouvez utiliser des segments dans OnCrawl en fonction de tous les critères que vous souhaitez utiliser, des listes manuelles à la structure des URLs en passant par le nombre de visites organiques…

Découvrez le meilleur classement du nombre de mots

Pour chaque groupe, examinez la répartition du nombre de mots par rapport au classement des pages. Ici, nous examinons les données de classement pour le rang moyen des pages pour un pays spécifique, tel que rapporté dans la console de recherche Google.

Vous pouvez constater une forte corrélation entre le nombre de mots d’un type de page donné et le classement. Si c’est le cas, trouvez la plage de nombre de mots qui correspond au meilleur classement.

Exemple de pages plus longues et plus performantes. Source : OnCrawl

Exemple de pages plus courtes et plus performantes. Source : OnCrawl

D’autre part, vous ne verrez peut-être pas une forte corrélation entre le nombre de mots et le rang. S’il n’y a pas de corrélation, il est inutile d’essayer de maintenir une limite arbitraire du nombre de mots afin de classer votre page.

Exemple de faible corrélation entre le nombre de mots et la visibilité sur les SREP. Source : OnCrawl

Cependant, le nombre de mots peut encore influencer la façon dont les utilisateurs interagissent avec votre site, par exemple la durée de leur visite, le nombre de pages visitées et la conversion. Si le comptage de mots n’a aucune influence sur vos pages à des fins de classement, vérifiez la corrélation entre le comptage de mots et le comportement des utilisateurs avant de jeter votre stratégie à la poubelle !

Exporter une liste de pages avec un nombre de mots inférieur à l’idéal

Obtenez vos listes de pages à mettre à jour. Dans OnCrawl, vous pouvez cliquer sur une section d’un graphique pour voir la liste des pages du groupe que vous regardez et qui n’entrent pas dans la fourchette que vous pensez optimale.

Utiliser le Data Explorer pour obtenir une liste des pages dont le nombre de mots devrait être amélioré. Source : OnCrawl

Ajoutez les informations supplémentaires que vous souhaitez obtenir en ajoutant des colonnes dans le Data Explorer, puis exportez le rapport.

Conclusion : les mots-clés en 2020 et après

Le nombre de mots n’est pas codé en dur dans les algorithmes de classement de Google. Lorsque les représentants de Google affirment qu’il n’y a pas de facteur de classement « du nombre de mots », ils ne plaisantent pas : il n’y a pas de nombre magique de mots qui vous garantira un coup de pouce dans le classement.

MAIS. Dans le bon contexte, le nombre de mots est un indicateur extrêmement fiable des autres facteurs de classement d’une page. Comme le nombre de mots varie avec de nombreux autres éléments, un « mauvais » nombre de mots indique des problèmes avec d’autres facteurs de classement pour un certain type de page sur un certain type de site web pour un certain type de terme de recherche. En bref : même aujourd’hui, le nombre de mots est l’un des nombreux facteurs qui peuvent fortement influencer les classements.

Ne vous débarrassez donc pas de vos outils qui vérifient le nombre de mots sur vos messages et vos pages ! Bien sûr, vous ne devez pas suivre aveuglément les recommandations pour les « 500-800 mots » ou le « contenu long ». Cependant, vous devez absolument adapter vos modèles et styles de rédaction pour qu’ils soient aussi brefs ou aussi approfondis que les autres pages du même type de votre site (ou des sites de vos concurrents !) qui se classent bien pour les requêtes de votre cible.

Rebecca travaille comme Product Marketing Manager chez Oncrawl. Elle est passionnée de NLP et de modèles informatiques de langage, ainsi que des systèmes de tout type et leur fonctionnement. Elle n'est jamais en manque de sujets techniques à partager, et elle croit dans l'importance de l'évangelisation des technologies et de l'utilisation des données pour mieux comprendre le référencement. Elle contribue régulièrement au blog Oncrawl.
Sujets en lien :