Le 15 Novembre dernier, nous organisions à Paris la première European SEO Night avec quelques uns des meilleurs conférenciers SEO en Europe. Cet afterwork avait pour but de livrer les meilleures pratiques pour challenger le quotidien des experts SEO en 2018. De la PWA à la recherche vocale en passant par le Machine Learning et le cocon sémantique, nous avons assisté à des discussions très intéressantes qui ont, nous l’espérons, inspiré les participants sur leurs pratiques SEO.
Cet article résume les points clés qui ont été couverts au cours de cette soirée.

PWA, faut-il franchir le pas ?

Audrey Schoonwater, consultante SEO chez Résonéo
Avec 8 milliards d’appareils connectés et 1 milliard d’utilisateurs Chrome, la question des Progressive Web Apps est devenue inévitable au cours des dernières années.
Dans les pays où les temps de chargement sont très lents, la période de latence élevée et où les données sont chères, la PWA est la solution. En Inde, 80 % des utilisateurs utilisent leurs téléphones pour accéder aux pages.
En fait, les PWA sont beaucoup plus rapides que n’importe quelles native apps en termes de configuration, d’offres d’achats ou même de poids de redirections. De plus, les PWA ont les mêmes avantages que les natives apps :

  • Elles sont fiables;
  • Elles sont sécurisées par du HTTPS;
  • Elles ont un écran d’accueil avec un logo;
  • Elles disposent d’un mode offline;
  • Elles incluent une gestion des notifications push.

Mais la plupart du temps, les projets web sont d’abord pensés en termes de desktop et non mobile. Cependant, Google encourage désormais les entreprises à utiliser les PWA car :

  • Elles peuvent améliorer votre performance;
  • Elles peuvent augmenter vos conversions si les procédés d’installation sont rapides. Twitter a obtenu une augmentation de 28 % de ses conversions en utilisant une PWA;
  • Elles obtiennent une bonne indexation en fonctionnant comme une simple page web;
  • Elles améliorent l’engagement des utilisateurs. Par exemple, Forbes a bénéficié d’une augmentation de 20 % de pages vues sur leurs publicités avec une PWA.

Avec l’arrivée de l’index mobile-first de Google l’année prochaine, le concept de la PWA avance dans la bonne logique.

Le cocon sémantique, la stratégie SEO on-site approuvée qui délivre des résultats

Laurent Bourrelly, Consultant SEO
Pourquoi méritons-nous d’être premier sur Google ? Comment prouver à Google que je suis plus intéressant qu’un autre résultat ? Ces questions ont été au coeur de la conférence de Laurent.
À l’exception des backlinks, pouvons-nous faire quelque chose pour montrer à Google que je suis le résultat le plus pertinent et pour l’aider à comprendre mon sujet ?
En fait, tout doit être relié à la page. Puis autour de cette page. Et enfin, tout autour du site web. C’est là que le concept du cocon sémantique apparaît.
Le cocon fait référence à ce qui entoure un sujet et ne se concentre pas seulement sur le mot-clé. L’idée est de connecter les pages autour d’un sujet principal. En faisant cela très précisément, vous pouvez aider Google à comprendre ce qui se cache derrière votre première page d’atterrissage. De cette manière, vous prolongez votre sujet en le reliant vers d’autres idées pertinentes et thématiques. Le cocon sémantique vous aide à être directement utile pour vos utilisateurs avant d’être utile pour Google.
En 2013, ce concept est officiellement lancé et est rapidement devenu numéro 1 des tendances SEO en France. Et il l’est toujours aujourd’hui.

Est-ce que votre SEO est prêt pour la perturbation du Machine Learning ?

Omi Sido, Senior Technical SEO chez Canon Europe
La première chose à se demander est : est-ce que les classements de mots-clés comptent toujours en 2017 ? En réalité, en fonction de votre localisation et de votre historique de recherche, les résultats ne seront pas les mêmes. La pertinence a pris le dessus sur les classements.
D’un autre côté, Rankbrain a commencé à changer la manière dont nous considérons les SERPs. La pertinence est la clé pour que les utilisateurs cliquent sur votre résultat. Mieux votre taux de clic est, plus vous aurez de chances d’obtenir une position sur la première page. Les pages similaires avec un meilleur taux de clic auront de meilleures positions que la vôtre.
Vous pouvez obtenir ces données en vous connectant à votre Search Console. Puis, allez dans “Search Analytics”, téléchargez les données et ajoutez-les à votre Data Studio en comparant les taux de clic et les positions. Tout ce qui se situe en dessous de votre taux de clic moyen est menacé d’être remplacé par Google Rankbrain dans le futur.

Pro tip: si vous avez besoin de créer un dashboard Data Studio, cet article de Manuel Martinez devrait pouvoir vous aider.
Les titres devront ensuite être compilés pour améliorer votre taux de clic et apporter de la pertinence aux utilisateurs. Mais votre contenu doit aussi être intéressant pour que l’utilisateur passe un bon moment sur le site. En résumé :

  • Décodez les facteurs de classement prioritaires pour votre secteur d’activité;
  • Créez des snippets irrésistibles;
  • Créez du contenu compréhensible qui procure de la valeur et qui est pertinent pour votre audience;
  • Étudiez le comportement de votre client et ajustez la copie et la structure de votre site web en fonction;
  • Travaillez avec le PPC et les relations presse pour augmenter la popularité de votre marque car elle impacte directement les taux de clic.

Devez-vous avoir peur de la recherche vocale ?

Fernando Muñoz, Consultant SEO chez Grupo Raíz
Le mobile a changé la manière dont nous utilisons les moteurs de recherche. En 2000, Larry Page déclarait que “Google comprendra exactement ce que vous voulez et vous donnera les bonnes choses. C’est évidemment de l’intelligence artificielle et c’est fondamentalement ce sur quoi nous travaillons”.
Aujourd’hui, Google gère plus de 2 000 000 000 000 de recherches dont 60 % de mobile et dont 20 % d’entre elles sont vocales. L’utilisation de la recherche vocale est donc devenue énorme et fait actuellement face à une croissance de marché de 128,9 %.
La recherche vocale transforme la manière dont nous faisons nos recherches en augmentant le nombre de mots utilisés pour demander quelque chose. En effet, la recherche vocale séduit les utilisateurs car :

  • 61 % des utilisateurs estiment que c’est rapide. Surtout pour les personnes qui ne sont pas habituées à rechercher. Il n’y a pas de barrières d’accès en utilisant un micro;
  • Pour 59 % d’entre eux c’est parce que la réponse est lue ;
  • Pour 58 %, c’est parce qu’il n’est pas nécessaire de taper.

En d’autres termes, la recherche vocale a été adoptée parce que nous sommes fainéants.
Cependant, la principale préoccupation avec la recherche vocale est d’obtenir la position zéro. 66 % des featured snippets sont du texte.
De plus, la plupart des snippets mis en avant répondent souvent à la règle des 5W.
Pour améliorer les chances d’apparaître dans les résultats de recherche vocales, soyez sûrs de :

  • Être mobile friendly;
  • Avoir des objectifs clairs sur les n-grams;
  • Identifier votre audience;
  • Ajuster votre marché de langage;
  • Cartographier le parcours de votre client;
  • Rester court, simple et concis;
  • Utiliser schema.org.

La European SEO Night s’est finalement terminée avec un tour de table questionnant l’exercice du SEO avec tous les speakers. Nous avons aussi eu de grandes discussions entre les participants durant cet événement. N’hésitez pas à rattraper la soirée en regardant le replay.

L’équipe OnCrawl espère réellement que vous avez apprécié cette soirée. À bientôt !