Aujourd’hui, nous sommes heureux d’accueillir notre ambassadeur espagnol Fernando Muñoz, aussi connu sous le nom de Señor Muñoz. Co-fondateur et Manager SEO du Groupe Raíz, intervenant régulier pour d’importants événements de marketing online, membre du SEMPO (Search Engine Marketing Professional Organization), Fernando est très actif au sein de la communauté SEO. Dans cette interview, nous allons vous parler un peu plus de lui et de son parcours. L’ensemble de l’entretien est disponible en anglais sur Youtube à la fin de cet article.

Pouvez-vous nous en dire plus sur vos débuts dans le monde du SEO ?

Je suis devenu SEO un peu par accident. Je venais juste de finir mes études et de terminer mon cursus d’ingénieur quand je suis arrivé à Marbella et j’ai commencé à travailler pour une petite chaîne d’hôtels. Ils faisaient beaucoup de SEO et de marketing digital.
Cette entreprise était l’une des plus puissantes sur Internet ; ils y étaient présents depuis 1995. J’ai donc sauté dans la monde du marketing digital et c’est comme ça que j’ai commencé à écrire à propos de SEO et à travailler dans cette partie du marketing digital.

Vous êtes connus en tant que fondateur de l’agence SEO Señor Muñoz mais vous avez récemment lancé le groupe Raíz. Pouvez-vous nous en dire plus à ce sujet ? Avez-vous conservé votre activité chez Señor Muñoz ? Pourquoi ce projet ? En quoi consiste votre activité là-bas ?

Nous faisions du SEO pour les plus grandes entreprises d’Espagne. D’ailleurs, les petites entreprises dont nous nous occupions étaient de petites boutiques. Et nous nous demandions comment devenir plus grand. Comme vous le savez, il est très compliqué de faire grossir son activité en SEO car cela nécessite de nombreuses personnes travaillant pour vous. 5 clients ne signifient pas 5 SEOs ou 10 clients, 10 SEOs, le SEO ne fonctionne pas comme ça. Donc, en nous demandant comment nous pouvions devenir plus grand, nous avons travaillé avec d’autres grandes agences et nous avons discuté d’une solution à ce sujet. C’est ainsi qu’est né Raiz. Ce n’était pas quelque chose que nous étions venus chercher mais c’est apparu et c’est formidable. C’est tellement agréable de pouvoir partager cette opportunité, de partager la même entreprise, le même nom. C’est ainsi que Raiz a débuté.

Avez-vous un sujet particulier en cours pour ce mois-ci, des conseils SEO ou des projets SEO que vous aimeriez partager avec nous ?

Actuellement, nous sommes très heureux de travailler avec le groupe SELO mais aussi avec Comita Poinciana ou avec Cash Converter, une grande entreprise également. Nous apprécions de pouvoir travailler avec de petits clients mais aussi avec des plus grands, car il est très plaisant de voir que nous sommes capables de faire notre travail correctement. Je pense que c’est la chose dont je suis le plus fier. Je peux aider de grandes entreprises, je peux aider de petites compagnies et cela n’a pas d’importance car si tu fais les bonnes choses, tu auras beaucoup d’opportunités pour devenir plus grand, pour générer plus de ventes.

Nous vous avons invité à la European SEO Night à Paris en Novembre dernier, où vous nous avez parlé de la recherche vocale et de son impact en 2018. Quels sont vos 3 points clés ? Pourquoi les SEOs devraient y faire attention ?

Je pense que la recherche vocale est quelque chose de disruptif. Nous ne sommes pas habitués à ne pas avoir d’écran.Avec la recherche vocale nous n’en avons pas et nous devons apprendre à travailler avec cela. C’est un filtre, une bulle dans laquelle vous n’avez pas 10 liens pour chercher quelque chose de différent. Vous ne disposez que d’une seule réponse et il s’agit toujours de la même. Les internautes font confiance à Google, si vous regardez les dernières études, une réponse Google sera vue comme correct 90 % du temps. Donc, si Google dit qu’il n’y a qu’une seule réponse à une question, les internautes vont le croire. Nous devons craindre cette bulle parce qu’il ne s’agit pas de classement ou d’optimisation du CTR ; il s’agit d’une seule position. Nous devrions avoir peur de ce qui va se produire durant les prochaines étapes. Par exemple, lorsque ce contexte s’applique à une campagne PPC, je pense que nous devrions être conscients que nous allons avoir des problèmes pour gérer la migration vers cet outil, ce monde sans écran, dans lequel on parle à un smartphone, à une tablette ou au Google Home Alexa. Ce n’est plus 10 liens, c’est seulement un seul et unique lien. Ce ne sera pas aussi simple d’obtenir un retour sur investissement. Actuellement nous pouvons être rentable. Mais je ne sais vraiment pas comment nous pourrions être rentable dans ce scénario. Donc, c’est quelque chose auquel nous devons vraiment penser, nous devons être rentable dans cette partie aussi. Si la recherche vocale va représenter 20 % de toutes les recherches et que le nombre de recherches mobiles grandit, nous devons être préparés à améliorer cette partie.

L’index mobile-first approche à grands pas. Avez-vous déjà constaté une transition avec certains de vos clients ? Que recommandez-vous pour opérer le changement sans accroc ?

Je ne sais pas ce qu’il va se passer. Je veux dire que nous évoluons dans un monde mobile. Actuellement, il est clair que vous ne pouvez pas cacher du contenu dans les recherches desktops. Peut-être que les personnes utilisant OnCrawl se rappellent de l’époque où nous avions l’habitude de mettre du contenu sur desktop, par exemple dans les commentaires derrière quelques onglets. Désormais, ce contenu est dupliqué dans les recherches desktops. Google dit qu’il y aura du changement dans les recherches mobiles mais nous n’avons pas touché à cette partie donc nous ne savons pas vraiment ce qui va se passer quand le mobile first va apparaître. Nous verrons bien car ce n’est pas toujours facile de comprendre comment Google fonctionne avec les menus déroulants, les contenus dans les onglets… Ce que nous faisons c’est essayer d’améliorer le PPO, pour rentre le site web plus rapide. Il ne s’agit pas de l’AMP, mais de rendre les sites web meilleurs, plus intelligents et d’améliorer l’expérience utilisateur. Je pense que les SEOs devraient travailler de manière rapprochée avec les équipes UX. Nous devons faire les choses encore mieux qu’aujourd’hui. Donc comment allons-nous faire ? Je préfère me concentrer sur cette partie plutôt que de faire de grands changement dans l’architecture par exemple. Nous devrions nous demander ce qu’il va se passer pour la vitesse de chargement, le PPO et l’expérience utilisateur.

Est-ce qu’il y a une bonne pratique qui vous semble essentielle pour optimiser un site web en 2018 ?

Nous travaillons en ce moment avec de grands sites ecommerce et nous essayons d’améliorer la manière dont Google et les utilisateurs trouvent les parties les plus importantes de ces sites. Si vous êtes un site ecommerce, tout devrait être clair depuis le premier écran. Les prix, boutons, titres, photos si besoin et résumés des produits sur lesquels vous travaillez. Si vous êtes clairs dans cette partie, les utilisateurs vont trouver ce qu’ils sont venus chercher. Une autre chose que nous essayons d’améliorer est la manière dont nous gérons les informations transactionnelles et l’ensemble des informations en général. Ce n’est pas la même chose d’obtenir une bonne position pour des recherches informatives ou pour des recherches transactionnelles. Par exemple, si un utilisateur est simplement à la recherche d’une information, il obtiendra une page différente que l’utilisateur qui a l’intention de procéder à un achat. Ces informations sont différentes et peuvent être traduites en deux pages différentes sur votre site. Et peut-être qu’essayer de répondre directement à l’utilisateur est ce que nous devrions rechercher pour nos sites web actuellement. Google souhaite que les propriétaires de sites utilisent correctement les moteurs de recherche et ce n’est pas nouveau. Mais en ce moment, il est très clair que vous avez intérêt à répondre correctement et rapidement à la question de l’utilisateur.

Il y a la face publique nous connaissons tous, mais que fait Fernando durant son temps libre ?

J’essaye de passer un maximum de temps avec mes enfants. Ils ont l’habitude de me voir partir à des conférences à Madrid, Paris, en Roumanie – et peu importe où. Lorsque je rentre à la maison, j’essaye d’être là quand ils reviennent de l’école et de jouer avec eux, aux légos par exemple. J’adore aller me balader, sortir ou me reposer à Cadix, c’est une petite ville en Espagne. Parfois, je vais voir des matchs de football ici à Madrid ou à Cadix. En effet, Madrid est en 3ème division et Cadix en 2ème division mais j’adore assister à des matchs de foot. C’est quelque chose dont j’ai besoin pour ne pas devenir fou.

Enfin, j’aimerai connaître vos impressions sur le fait d’être l’un de nos ambassadeurs ? Et quelle est votre fonctionnalité préférée dans OnCrawl ?

J’adore comment OnCrawl peut vous rapprocher de l’information. L’outil peut vous donner une vision globale de la santé de votre site. Si vous faites une segmentation correcte, vous pouvez voir comment Google parcourt votre site. Je l’utilise en ce moment sur de grands sites d’information et ce qui me surprend avec OnCrawl c’est que j’avais l’habitude de toujours me demander comment je pourrais mettre des chiffres sur ce que je pensais en tant que SEO. Quelque chose se passe sur le site, je sais que certaines parties du site sont faibles et ok voyons voir. Je ne suis plus inquiet désormais car OnCrawl peut me montrer une vision claire qui dit “Hey regarde, c’est ce qui se passe sur ton site. C’est ce que Google fait sur ton site. Et comme tu peux le voir, c’est autour de mauvaises parties de ton site, Google crawle des articles datant de 2014 et ce n’est pas ce que tu veux.’ Ce que nous souhaitons, c’est améliorer nos positions dès maintenant. Nous devons pour cela améliorer cette partie et maintenant nous avons des chiffres. C’est l’un des meilleurs aspects d’OnCrawl ! Si les SEOs se demandaient comment Google se comportait sur leur site, maintenant ils ont la réponse. Dorénavant, vous pouvez partager des chiffres à vos clients, même s’ils n’y connaissent rien en SEO, afin qu’ils puissent comprendre ce qui se passe sur leur site. Si vous leur montrez des chiffres, vous avez tout compris.

Merci à Fernando pour son temps et ses réponses. C’était un réel plaisir de l’avoir parmi nous et de le présenter à notre communauté. Nous sommes ravis de l’accueillir dans la famille OnCrawl et nous espérons le revoir très bientôt !